« L’union, c’est moi »

Pierre Garzon : L'union c'est moi

C’est ce qu’est en train de faire comprendre Pierre Garzon, maire de Villejuif, aux élus municipaux de sa propre majorité.

Rappelons qu’en 2020, Pierre Garzon avec 26% des voix au 1er tour des élections municipales (contre 42% à Franck Le Bohellec, maire sortant) est contraint de s’associer avec la liste de Natalie Gandais – EELV (9,6% des voix au 1er tour) et celle d’Alain Weber – Parti socialiste (9,4% des voix au 1er tour). Ensemble, au second tour, ils recueilleront 51,8% des voix contre 48,1% au maire sortant.

Rappelons aussi que, malgré l’étroitesse de cette victoire, ce moment était important pour le Parti communiste puisqu’il lui permettait de reconquérir une ville perdue en 2014 à la suite de la constitution d’un front uni – gauche et droite réunies – contre le Parti communiste en place depuis près de 90 ans.

Autant dire que l’objectif stratégique, essentiel, de Pierre Garzon, depuis son élection, est de s’assurer que Villejuif reste et restera aux mains du Parti communiste.

Et pour cela, tous les moyens sont bons.

Après deux années de relations parfois très difficiles entre les trois composantes de cette majorité, Pierre Garzon entend et prévoit de redistribuer les délégations aux élus. La logique qui se dégage de cette nouvelle répartition des pouvoirs est assez évidente : il s’agit ni plus ni moins de consolider et de centraliser les pouvoirs du maire, soit directement, soit indirectement.

Autrement dit, dans les faits, l’union a vécu.

Natalie Gandais et Alain Weber perdent leur délégation : la première, ancienne tête de liste EELV, avait en charge la Transition écologique, le second, ancien tête de liste du Parti socialiste, avait en charge le logement (Habitat, logement, parcours résidentiel et développement économique). Rien n’est pour l’instant proposé à Natalie Gandais. Il serait proposé l’éducation à Alain Weber.

Leurs deux délégations seraient probablement directement rattachées au maire, qui bénéficierait de l’appui d’une communiste, Cathy Morot, déléguée pour le logement. Gilles Lafon, pour l’instant inscrit à Génération.s mais toujours heureux dans son rôle de porte-voix, sera secondé pour la politique de la ville par Ozer Oztorun, secrétaire départemental du PCF pour le Val-de-Marne.

Autant dire que si ces décisions sont confirmées, c’est à l’évidence une reprise en main très nette de l’exécutif par le parti communiste.

Comment le Parti socialiste et les écologistes vont désormais se faire entendre ? Comment peuvent-ils même imaginer pouvoir se faire entendre ?

Réponse au prochain conseil municipal, le 29 juin 2022.

Restons vigilants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.