Grotesque. Grotesque et honteux.

Face aux événements dramatiques qui se déroulent en Ukraine depuis le 24 février 2022, nous ne pouvons que ressentir effroi et compassion. Effroi face au dirigeant russe qui semble enfermé dans sa relecture de l’histoire et déterminé à l’extrême pour « venger » la Russie de la chute de l’Union soviétique. Compassion pour les souffrances du peuple ukrainien menacé dans son existence même.
Chacun mesure l’importance historique de ces événements. La Russie, qui en a décidé seule, est allée jusqu’à menacer les pays occidentaux et les pays européens en particulier de l’usage de ses armes nucléaires. C’est une première dans notre histoire.

Dans ce contexte si lourd, toute prise de parole pour dire notre solidarité avec le peuple ukrainien et soutenir des efforts de paix est évidemment justifiée. Ainsi, la décision de Pierre Garzon, maire de Villejuif, d’organiser une petite cérémonie – un « rassemblement pour la paix » – devant la mairie le 1er mars était évidemment bienvenue.

Malheureusement, ce qui aurait dû être un geste d’humanité, ce qui aurait du être un rappel des principes les plus fondamentaux du droit international comme des libertés humaines, ce qu’aurait dû être un discours de soutien à toutes celles et tous ceux qui malgré eux sont engagés dans ce conflit, s’est très rapidement transformé en une tribune grotesque. Grotesque et honteuse.

Pierre Garzon a en effet lu un texte – manifestement copier-coller d’une déclaration de l’ARAC(1) émaillé de quelques reprises du compte Twitter de Fabien Roussel(2) pour les références littéraires – qui ne vise qu’une seule chose : renverser les responsabilités du conflit. L’Ukraine, pour Pierre Garzon, n’est pas victime de la Russie de Poutine ; l’Ukraine serait la victime de l’OTAN et des « provocations des Etats-Unis ».

Après avoir admis par des formules liminaires la responsabilité de Poutine, Pierre Garzon s’est en effet lancé dans un discours qui inquiète sur sa compréhension des événements actuels.
S’il consent à déclarer que « Le président Poutine a fait le choix du pire » – formule qui ne dit rien ni des motifs avancés ni des moyens utilisés par le président russe – c’est pour mieux dire ce qui lui semble essentiel : « Pire, depuis quelques jours les surenchères guerrières et l’escalade des tensions menés par les grandes puissances [sic] nous amènent à craindre qu’à tout moment le monde pourrait basculer dans le scénario de l’irréparable par l’usage de ces armes de destruction planétaire que sont les armes nucléaires. »
« L’heure n’est pourtant pas à mettre de l’huile sur le feu » poursuit simplement Pierre Garzon. « Il ne saurait donc être question de prétendre à une épreuve de force militaire perdue d’avance, pour tout le monde. »

Il nous faudrait donc comprendre que le danger aujourd’hui n’est pas l’invasion brutale de l’Ukraine par les forces militaires russes ; le danger se situerait dans « les surenchères » des « grandes puissances ».
Mais de quoi parle-t-il ? Qui sont les va-t-en-guerre qui jettent de « l’huile sur le feu » ?

N’a-t-il donc pas entendu les déclarations de l’OTAN et des pays européens qui affirment qu’ils ne s’engageront pas militairement dans ce conflit ?
N’a-t-il pas entendu à ce sujet les appels, souvent désespérés, du président ukrainien qui souhaiterait justement que les occidentaux s’engagent plus directement ?
N’a-t-il pas entendu les multiples tentatives de négociations menées par le président français ?
N’a-t-il pas entendu les multiples déclarations du président ukrainien favorable à des négociations avec les russes ?
Et la Géorgie, lorsqu’elle s’inquiète aujourd’hui pour sa sécurité est-elle aussi victime de l’impérialisme américain ?
Et la Moldavie ?…

Plutôt que d’essayer de comprendre les événements Pierre Garzon se contente de les effacer en renvoyant tout le monde dos à dos, Russie et Etats-Unis comme au bon vieux temps. Sans percevoir aucun des enjeux essentiels présents pour l’Union européenne elle-même, sans percevoir l’immense défi lancé par Poutine aux démocraties d’Europe, Pierre Garzon réduit sans vergogne ce conflit à une simple responsabilité partagée :
« Si l’on ne peut taire les provocations des Etats-Unis et de l’Otan de ne pas respecter les accords visant à ne pas élargir l’Otan jusqu’aux frontières russes, je dis aussi que rien ne peut justifier l’attaque de la Russie qui méprise toutes les règles de droit international dont le monde s’était doté pour assurer la paix et la sécurité de ses habitants au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ».

Les racines véritables de ce conflit seraient donc selon lui le « nationalisme » russe, certes, mais aussi, mais en même temps et au même titre, « les provocations des Etats-Unis » :
« Mais aujourd’hui, ces peuples sont les victimes d’ultra nationalistes et d’impérialistes nostalgiques de la guerre froide. Ceux qui préféreront toujours entrainer leurs pays dans des affrontements guerriers, bloc contre bloc, plutôt que de se conformer aux règles d’un monde dont ils ne seraient plus les seuls décideurs. Alors j’entends depuis quelques jours les discours guerriers de ceux qui ne retiennent jamais les leçons du passé et qui se moquent de l’intérêt des peuples. »

L’essentiel de son message tient dans ce qui veut apparaître pour une dialectique subtile. Si la Russie est fautive en ayant agressé l’Ukraine, son geste doit se comprendre comme une réaction à la stratégie impérialiste et belliqueuse des américains. Et c’est donc finalement à eux que revient l’essentiel de la responsabilité de cette guerre.

Si Pierre Garzon retrouve à l’occasion de cette guerre en Ukraine les accents et les slogans les plus éculés du communisme municipal, c’est qu’il semble incapable de hiérarchiser les choses et les événements, et finalement incapable de comprendre véritablement ce tournant de l’histoire européenne.
Une incapacité inquiétante pour une personne qui brigue un mandat de parlementaire…

Restons vigilants

(1) http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2022/02/arac-l-intelligence-defend-la-paix-l-intelligence-a-horreur-de-la-guerre.html. Le texte de Pierre Garzon reprend bien la structure, l’argumentaire et quelques formules de la déclaration de cette Association d’anciens combattants proche du Parti communiste.
Sur le site de l’Analyse communiste internationale on peut aussi lire, en date du 8 mars 2022, un texte du Parti communiste de la Fédération de Russie intitulé « Les Etats-Unis et l’Union européenne se dirigent vers la réhabilitation du fascisme ». Nous ne commenterons pas…

(2) Notamment pour la citation de Paul Vaillant Couturier. La citation est reprise par d’autres responsables locaux, comme Ozer Oztorun sur son compte twitter du 24 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.